Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Sois forte, ma fille

Sois forte, ma fille

>

Si on m’avait dit il y a un an que moi, Sophie Brouillon, petite Marmandaise, je partirais toute seule dans un pays inconnu, je n’y aurais jamais cru, pour la bonne raison que je ne m’en sentais pas capable. Et pourtant, je l’ai fait, grâce à Roseline Bénétreau, représentante de P.I.E dans ma région, qui a su me persuader, grâce à mes parents qui m’ont donné cette possibilité. Mes parents me disaient : « Sophie il va falloir être forte, savoir te débrouiller toute seule, on sait que tu en es capable. » À aucun moment, je ne me suis sentie mal, à part peut-être sur cet escalier mécanique à l’aéroport, quand j’ai vu s’éloigner mon père : j’avais une boule dans la gorge, j’ai pensé alors aux dix mois à venir sans les câlins de papa et de maman. Dix mois, ça allait être dur. Je me suis dit : « Sophie, souris ! Juste pour montrer que tout va aller pour le mieux, malgré la distance ; souris pour ne pas qu’ils s’inquiètent. » Et je me suis retournée en faisant le clown, comme j’ai l’habitude de faire. La famille où je me trouve est vraiment géniale avec moi, Jimmie, le papa, travaille chez Air Continental, et la maman, Suzanne, conduit les bus de l’école. Tous les deux sont assez jeunes, alors on peut faire des trucs assez cool ! Leurs filles, Shantell 16 ans, Jordan 14 ans, et Brandy 8 ans me considèrent comme leur soeur. L’école, je l’avoue, au début ce fut dur, mais bon… Je m’y suis faite. Le plus étonnant c’est qu’au bout de deux semaines, j’ai commencé à parler, dans un anglais pas forcément académique, mais on me comprenait et c’était là l’essentiel. J’étais un peu comme une attraction en classe, on voulait que je parle français, on me posait des tonnes de questions. J’arrive bientôt à la fin de mon séjour, et je me dis que je ne veux pas repartir, je voudrais tant rester ici, ne serait-ce que pour une année, mais bon, tout le monde m’attend en France, y compris mes études. Chaque moment que j’ai passé ici ne m’a apporté que du bonheur. Je me sens aujourd’hui plus forte et prête à mordre la vie à pleines dents !

Sophie, Montgomery, Texas
Une année scolaire aux USA