Vous êtes ici: Home > Destinations > Corée du Sud > Séjours scolaires de longue durée en Corée du Sud

Séjours scolaires de longue durée en Corée du Sud

introLe paysLe quotidienLa familleL'école
Corée du Sud

 

Infos pratiques Corée du Sud 2023/2024

Semestre scolaire

12 900 €
fin août / début sept. 2023
Inscriptions ouvertes

Trimestre scolaire

11 000 €
fin août / début sept. 2023
Inscriptions ouvertes

S’inscrire

Pour partir vous devez impérativement être né entre le 1er janvier 2005 et le 30 août 2008

Pourquoi choisir la Corée du Sud ?

Si la jeunesse coréenne a pris, depuis longtemps déjà, le parti pris de « l’international », ce n’est que très récemment que les jeunes Européens en général, et les jeunes Français en particulier, ont commencé à s’intéresser à la Corée comme terre d’accueil. De bonnes raisons à cela :

1° — La Corée est en plein essor économique et s’impose comme une des nations phares de l’Asie.

2° — Séoul, troisième ville mondiale en terme de population (juste devant New-York) est considérée aujourd’hui comme une ville « globale » (à la pointe en terme d’innovation, de niveau de vie et de compétitivité internationale). C’est une des cités majeures du continent.

3° — La culture coréenne (musicale et culinaire notamment) est en train de faire des émules dans le monde entier.

4° — Un adolescent Français revient d’un séjour scolaire de longue durée bilingue. Or la maîtrise d’une langue asiatique est aujourd’hui un atout majeur.

5° — Pour un jeune Européen, un séjour de longue durée en Corée du Sud est une excellente école de vie en termes de  dépaysement, de qualité de l’enseignement, de développement de la personnalité…

Le Pays

De pays du tiers monde, la Corée du Sud est devenue, en l’espace de quelques années, non seulement une puissance économique de taille, mais également un pays précurseur en terme de tendances culturelles et innovateur en matière de nouvelles technologies.

Intégrer la culture locale

La société coréenne paraît parfois stricte aux yeux d’un Européen. Le travail, le sens de la hiérarchie et la politesse sont des valeurs incontournables auxquelles il est difficile de déroger. La pression pour un étranger qui séjourne sur le long terme peut donc être très importante.

Quelques règles à suivre pour y échapper et pour mieux s’intégrer
> Aux yeux des Sud-Coréens, le respect (des règles, de la politesse, des anciens…) est primordial. Pour saluer ou remercier, il faudra, là-bas, incliner la tête. Pour autant, il ne faut pas abuser de « mercis », lesquels seront perçus comme une marque d’impolitesse.
> Lorsqu’on vous offre un cadeau, il faut veiller à le prendre à deux mains et à ne pas l’ouvrir en présence de son hôte.
> Il convient d’éviter à tout prix de se moucher en public: c’est, là-bas, le comble de l’impolitesse!
> Pour entrer dans une maison coréenne, un temple ou un restaurant traditionnel, on doit absolument se déchausser. On doit donc porter des chaussettes propres et sans trous.
> Attention à ne pas regarder une personne dans les yeux trop longtemps. Cela serait perçu comme un affront. De même, il ne faut pas se mettre en colère ni exprimer son désaccord. Toutes ces attitudes sont considérées comme irrespectueuses.
> En règle générale, un étudiant d’échange doit, pour mieux appréhender les règles, demander à ses hôtes (famille, école, amis) de lui enseigner les règles de politesse et de comportement.

Coree du sud, temple

Vie quotidienne

La question culinaire

La cuisine coréenne séduit le monde entier par sa qualité et sa variété. Elle est généralement très pimentée. Le plat principal est toujours accompagné d’une soupe et de petits hors d’œuvre, appelés « banchan ».
Les Sud-Coréens sont tout aussi pointilleux que les Français quand il s’agit de se mettre à table.

Quelques règles
> En Corée, on mange le riz et la soupe à l’aide d’une cuillère, et l’on ne porte pas son bol à la bouche, comme on le fait au Japon.
> On ne plante pas ses baguettes dans son bol de riz (ce geste étant associé à un rituel funéraire).
> On ne commence à manger qu’après que les plus âgés l’ont fait, et on veille à ne finir qu’après eux.
> On prend soin de remplir le verre de son voisin, ce dernier faisant de même, en retour.

La place des loisirs

Les Sud-Coréens aiment se promener dans les parcs, ou aller au karaoké.
Les sports coréens traditionnels, comme la lutte coréenne (appelé « Sireum »), le taekwondo ou  le tir à l’arc comptent un nombre très important d’adeptes, mais le football et le baseball sont extrêmement populaires également.
Les Sud-Coréens ont le taux d’accès à internet le plus élevé au monde ; ils sont hyper connectés et, en règle générale, grands consommateurs et grands amateurs de jeux vidéos. On trouve là-bas de véritables compétitions liées à cette pratique; ces dernières sont même retransmises à la télévision.

La question de la religion

Le bouddhisme et le christianisme sont les principales religions du pays. Les religions chrétiennes sont en passe de devenir majoritaires. Mais le confucianisme et le chamanisme sont encore très présents.

Le climat

Le climat sud-coréen est subtropical sur la côte sud, et continental à Séoul et dans le nord. Dans la capitale, les hivers sont donc très froids (-15° à -20° C).

 

 

 

 

 

Corée du Sud, en familleL’accueil en famille

La famille est un élément très important dans la société coréenne. Cette dernière est très patriarcale. Une fois mariée, la femme doit généralement renoncer à son poste pour s’occuper des enfants et des parents. La mère est très présente auprès de ses enfants. L’homme doit, de son côté, faire vivre la famille. Il rentre généralement tard après sa journée de travail.
Le schéma est donc assez éloigné des nouveaux standards occidentaux.

Les Coréens sont particulièrement ouverts à l’échange et se montrent très accueillants avec les étudiants d’échange. La famille d’accueil coréenne attend du jeune qu’il soit affectueux et poli. Le respect des adultes est un élément très important dans la culture coréenne.

Corée du Sud, une école

L’école

Au lycée, en Corée du Sud, on travaille beaucoup et intensément. L’esprit de compétition est, là-bas, particulièrement développé.  Chaque année, et ce pendant les trois ans du lycée, les étudiants passent un concours. Le niveau des notes obtenu définit le niveau de l’élève en université. Ces concours sont donc pris très au sérieux. Cette ambiance «classes préparatoires» laisse peu de temps libre aux loisirs et la vie sociale pour les jeunes Coréens.

Sections — Les lycéens coréens choisissent généralement entre une section « Lettres » et une section « Sciences ». Ils peuvent étudier l’anglais, les mathématiques, le coréen, mais ont aussi des cours très pratiques, comme la couture.

Rythme annuel — L’année scolaire commence en mars. Elle est organisée sur deux semestres : mars/juillet et septembre/février. Les élèves ont cinq semaines de vacances d’été de fin juillet à fin août, cinq semaines de vacances d’hiver de fin décembre à fin janvier, et dix jours de vacances en février.

Travail — Le rythme de travail est dense. L’école commence vers 8h et se termine à 16 heures. Les cours durent 40 minutes, ponctués d’intercours de 10 minutes. Avant 8h et après 16h, le lycée organise des cours dits « permanents ». Ce sont des moments d’études dédiés au travail personnel, en autonomie, qui se terminent parfois aux alentours de 21h. Ces cours sont théoriquement facultatifs pour les Coréens. Les élèves sont parfois inscrits dans des Académie privées pour des cours de soutien : ces derniers peuvent s’achever à 23h.

Relations au lycée — Les professeurs attendent beaucoup des jeunes et les accompagnent dans leur parcours. La relation professeur/élève est détendue, à condition que l’élève soit suffisamment sérieux dans son travail.

Vie scolaire — Les élèves portent généralement l’uniforme, qui varie selon les saisons. Ils ont un uniforme spécifique pour le sport. Les jeunes Coréens sont ouverts à l’échange et aiment aider les étudiants d’échange pour les faire progresser dans la langue mais seront peu/pas disponibles pour des sorties entre amis. Le lycée n’est pas forcément mixte. Même si c’est le cas, les garçons et les filles ne se côtoient pas beaucoup et n’ont généralement pas beaucoup d’activités en commun.

Corée du sud - Une année d'études avec PIE

Vous souhaitez accueilllir un jeune lycéen étranger dans votre famille ? Cliquez ici !