Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Editoriaux > Le « réseau Pro »: du « Un pour tous » au « Tous pour un »

Le « réseau Pro »: du « Un pour tous » au « Tous pour un »

Impression

DOSSIER — LE RÉSEAU PRO DE PIE
DU « UN POUR TOUS » AU « TOUS POUR UN »

POUR INTÉGRER LE RÉSEAU PROFESSIONNEL PIE :
> rejoignez le groupe LinkedIn : www.piefrance.com/linkedin
> et/ou écrivez à : reseau@piefrance.com

PIE a plus de 35 ans. Depuis 1981, près de huit mille jeunes ont, par l’intermédiaire de l’association, vécu sur le long terme à l’étranger. Chacun à son retour a fait sa route, tracé un chemin. Les parcours sont divers, variés et particulièrement riches. PIE a pensé que le temps était venu de fédérer toutes ces énergies, en créant un grand réseau de conseil et d’entraide, à caractère essentiellement professionnel. Chacun, quel que soit son âge, ses compétences, son domaine d’activité et ses besoins y trouvera un intérêt. Au vu du potentiel de tous ceux qui gravitent autour de PIE, ce réseau, à n’en pas douter, deviendra vite incontournable.

En image : PIE et le « Réseau de délégués », le « Réseau des anciens » & le « Réseau PRO » — Illustration de Mickaël Marin

PAR LAURENT BACHELOT — Délégué général de PIE

Inutile de revenir ici sur les multiples bénéfices que tous les participant PIE ont retiré (ou retirent) de leur «expérience» de longue durée, sinon pour signaler sa spécificité, laquelle réside principalement dans l’âge de ceux qui se lancent dans l’aventure, et dans le contenu et la durée de ce beau voyage. On sait qu’un séjour engagé entre 14 et 18 ans n’a pas du tout les mêmes répercussions en terme d’apprentissage culturel et linguistique qu’un séjour engagé après 18 ans — que ce soit dans un cadre universitaire, professionnel ou autre. On devine par ailleurs, et tous les participants PIE le confirment, que l’immersion scolaire sur la longue durée a des effets extrêmement positifs en terme d’autonomie, de développement personnel, de compétences et de connaissances, d’acquis linguistiques, de capacité d’adaptation et de contrôle, de capacité d’intégration, de réussite scolaire, universitaire et professionnelle, de tolérance, d’ouverture au monde, etc.

Il n’est pas inutile, par contre, de souligner un fait plus étonnant: au fil des ans, il est apparu avec clarté aux observateurs privilégiés que nous sommes, qu’un lien fort unissait la grande majorité des anciens étudiants d’échanges. De façon consciente ou non, et de manière plus ou moins diffuse, ces derniers se sentent membres d’une sorte de confrérie — d’autres diraient «famille» — dont le ciment est ce vécu commun. L’année scolaire à l’étranger est, pour tous ceux qui s’y sont adonnés ou presque, à la fois un sujet de fierté, d’échange et de complicité. Quand ils se retrouvent, la plupart des anciens participants n’ont pas de mal à s’entendre, à se comprendre, à établir le contact. Ce parcours à l’étranger, si original et si puissant —et qui fait clairement partie de leur «ADN»— leur permet de tisser facilement «le» lien. La fidélité témoignée par nombre d’anciens à l’association en est la preuve. De même d’ailleurs que la vivacité du « Réseau des anciens », l’association des anciens, qui regroupe plus de 500 membres et qui organise rencontres et événements. Cette forme d’empathie qui anime les anciens se révèle dans toute sa puissance à la lecture de ce témoignage publié dans Trois Quatorze: «Quand je lis les aventures des autres, à chaque fois c’est ma propre aventure que je lis. Je me reconnais parfaitement dans chaque témoignage… Tout à coup je réalise que je suis «tous» les anciens!» Belle formule qui dévoile l’esprit de fraternité, le tempérament mousquetaire… le côté «Un pour tous» qui anime notre petite communauté.

À l’évidence donc, et pour résumer, tous les participants PIE ont à la fois des compétences et des capacités qui les distinguent, et une force commune qui les lit et leur inspire une mutuelle confiance. Fort de ce double constat, il nous a semblé que le moment était venu d’exploiter ces compétences et cette force, et de transformer le «Un pour tous» en «Tous pour un». Partant du principe que l’aspect amical/entraide était déjà pris en charge par le « Réseau des anciens », il nous a semblé utile de lancer un grand réseau à résonnance professionnelle, avec l’idée sous-jacente que tous les membres de ce réseau seront à même de ­satisfaire la demande d’un seul.

En revisitant nos fichiers pour les mettre à jour, nous avons réalisé que nous avons des « anciens » et des « proches » partout dans le monde, dans tous les secteurs d’activités (du commerce au droit en passant par la médecine, le journalisme, les langues, les transports, l’enseignement, la politique, l’art…), dans des corps de métiers très différents, dans des entreprises de renom ou dans des petites structures, dans des administrations (écoles, ambassades, ministères, hôpitaux…) ou des associations (voir les quatre pages centrales de ce numéro). Ces personnes sont toutes bilingues et toutes francophones. Ces personnes font souvent partie de clubs, de réseaux… Elles sont, a priori, ultra connectées!

Nous sommes bien placés à PIE —nous qui embauchons avant tout des anciens et qui avons pu juger à maintes reprises de leurs qualités— pour savoir qu’il est très intéressant pour une entreprise qui recherche un stagiaire ou un salarié de faire appel à un étudiant d’échange. Et nous sommes conscients qu’il sera très intéressant pour quelqu’un qui cherche un stage ou un emploi de se retourner vers ce futur réseau. Au-delà de l’embauche, un tel réseau peut servir plus simplement à recommander quelqu’un… à trouver des clients, des fournisseurs, des auditeurs… à mettre en avant une personne ou une entreprise… à promouvoir une activité… Il peut servir également à résoudre un problème de type professionnel. On peut en effet légitimement penser, au vu de l’accumulation potentielle de compétences, de savoir et d’expérience, que ce réseau peut permettre à tout un chacun de trouver la réponse à une question ou à un problème, et ce quelle qu’en soit la nature (technique, scientifique, morale, fiscale, artistique, médicale, orientation universitaire ou professionnelle…). L’aide peut se résumer à un conseil, elle peut déboucher sur un vrai partenariat; elle peut être simple ou complexe, gratuite ou rémunérée…

La méthode est simple. Nous nous appuierons principalement sur deux outils existants : les réseaux sociaux LINKEDIN et VIADEO. Ces deux réseaux à orientation professionnelle nous serviront de plateforme d’échange. Il suffira pour cela que le maximum d’anciens —et de personnes affiliées ou sensibles à PIE et à son activité— s’inscrivent à un de ces deux groupes (voir schéma ci-dessous) ­et qu’ils pensent à les utiliser, en y postant le plus régulièrement possible leurs offres et leurs demandes, et en y exposant leurs besoins. Il sera également possible de communiquer avec le réseau via l’adresse e-mail: reseau@piefrance.com. Et n’oublions pas que ce réseau professionnel s’ouvrira non seulement aux anciens, mais aussi aux parents de participants, aux amis et aux proches de l’association, à tous ceux qui ont confiance en elle. Beaucoup de monde en perspective donc, et du beau monde ! ­­­ Vous tous lecteurs de Trois Quatorze et adeptes de PIE n’avez donc plus qu’une chose à faire: intégrer ce réseau et communiquer aussi souvent que nécessaire à travers lui.
Longue vie à PIE et à son nouveau réseau.

Article paru dans le Trois Quatorze n° 55