Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Cette année est votre année

Cette année est votre année

Dans ma "High School" aux USA — Interclasse devant les Lockers — Un an dans le Michigan avec PIE

En image — High School, interclasse — Prise de vue devant les « Lockers » 

CETTE ANNÉE EST VOTRE ANNÉE
Lili, Indian River, Michigan
Scolarité USA — Une année en High School

Mon témoignage vise tous les rêveurs et aventuriers qui souhaitent voyager et découvrir. L’expérience que vous allez vivre, loin de votre famille, amis, maison, va vraiment changer votre façon de voir les choses. Toutes les choses peuvent arriver, mais c’est la façon dont on réagit à celles-ci qui impacte notre voyage et notre vie. Je suis arrivée dans le Michigan, le 20 septembre, après six longs mois d’attente et un mois de stress intense. On m’a appelée le 28 août, à 12 h 03, et on m’a annoncé que j’allais officiellement partir pour le Michigan dans la région des Grand Lacs, à une heure du Canada : j’étais comblée. J’étais juste prête et, ce jour-là, le poids qui pesait sur mes épaules depuis un mois s’est finalement envolé. J’ai contacté ma famille, qui était impatiente de m’accueillir : le feeling passait très bien, tout allait pour le mieux. Tout avait l’air si parfait… et pourtant, j’ai changé de famille au bout de trois semaines !

Dans la vie, toutes les choses arrivent, je vous le disais. Je veux que vous gardiez en tête quelque chose d’essentiel : ce qui va vraiment faire la différence, c’est de toujours penser et vous rappeler que cette année est VOTRE année. Si vous ne vous sentez pas bien, je veux que vous puissiez le dire et que vous ne vous laissiez pas intimider par le fait que vous êtes seul(e). Il faut que vous puissiez vous exprimer, que vous puissiez parler : à votre représentant, votre famille d’accueil, un professeur que vous aimez bien au lycée… Peut-être que tout va s’arranger, que tout ira pour le mieux ; peut-être qu’au final vous allez rester dans cette famille et être très heureux, ou peut-être que, finalement, on décidera que cette famille et vous « ça ne marche pas », et alors tant pis. Cependant, et bien que ce soit VOTRE année, il y a quelque chose d’important dont vous devez vous souvenir : il faut faire des efforts. Oui, je sais, ça peut sembler assez ironique que je dise ça, alors que j’ai changé de famille. Exemple : ce n’est pas parce qu’il y a plus de tâches ménagères à faire qu’en France ou que vous ne pouvez pas utiliser votre portable autant qu’à la maison, qu’il faudra s’alarmer et vouloir changer de famille. Vous avez décidé de partir et de sortir de votre zone de confort…

Un autre conseil : ne soyez pas trop sur votre portable, ça va vraiment vous aider. Une famille d’accueil a décidé de VOUS recevoir pour une année : alors respectez absolument le fait qu’ils aient des règles. Ensuite, un autre point important : nous sommes tous humains. Et j’insiste vraiment, parce qu’aucune famille n’est parfaite, personne n’est parfait, vous-même n’êtes pas parfait et pouvoir accueillir, accepter, vivre avec quelqu’un, avec ses défauts, ses manies, c’est quelque chose de très unique. Quand on décide de partir, on rêve bien sûr de certaines choses. Pour prendre mon exemple, j’aurais adoré être dans une famille très artistique avec les mêmes idées politiques, mais je suis dans une famille de sportifs, qui ont des points de vue très différents des miens, mais je suis très heureuse dans cette famille et je ne changerais pour rien au monde.

Beaucoup de mes amis étudiants d’échange, qu’ils soient aux États-Unis ou autre part dans le monde, ont changé de famille. Il n’y a pas de quoi être embarrassé, honteux ou gêné, parce qu’on pense qu’on n’est pas assez bien et qu’on a raté son voyage. C’est presque le contraire, on a travaillé pour le rendre encore mieux. On ne peut pas être fier de changer de famille, mais il faut être fier d’avancer et grandir, fier d’expérimenter de nouvelles choses. Je suis à la moitié de mon échange. Et tout est passé tellement vite. Il n’y a pas eu un jour où je n’ai pas fait quelque chose pour la première fois : les premiers jours au lycée, les premiers matchs de basket, les premières sorties avec mes amis. Tous ces moments ont été vraiment heureux, parce que j’ai décidé de faire en sorte qu’il en soit ainsi.