Vous êtes ici: Home > Destinations > Russie > Le système scolaire en Russie

Le système scolaire en Russie

Au mois de septembre dernier, PIE lance, auprès de tous ses participants au programme d’une année scolaire à l’étranger, une enquête sur l’école de leur pays d’accueil. Cette enquête porte sur les structures, les horaires, les relations et les objectifs des différents systèmes éducatifs. L’idée est que chaque jeune nous présente l’école (au sens large) au sein de laquelle il vit et étudie. Trois quatorze pose des questions d’abord techniques (qui amènent une certaine quantité d’informations) puis invite les jeunes à émettre leur opinion.

Structure des études en RussieLes ‘enquêteurs’ de Trois quatorze ne sont pas des professionnels, et leur travail à ce titre n’est pas forcément exhaustif et exempt d’erreurs, mais il nous paraît cependant particulièrement intéressant d’en rendre compte. Car, même s’il n’est pas d’une rigueur journalistique ou scientifique, ce travail (exécuté, qui plus est, avec conscience et engagement) est le fruit des élèves, autrement dit de ceux qui sont les premiers concernés par les bienfaits et les méfaits des systèmes scolaires *Les présentations qui suivent sont riches en enseignements – d’abord, parce que bien peu de livres ou de journaux présentent les écoles étrangères – ensuite et surtout parce que, émanant de jeunes lycéens français, elles permettent de porter un regard comparatif et donc critique sur notre propre système l En fonction de sa position, profession ou opinion, chacun interprétera ces (trop) courts exposés à sa façon. Pour notre part, cet aperçu nous conforte dans l’idée qu’il ne peut être préjudiciable à un jeune (français ou étranger) de côtoyer un autre système. Il nous renforce dans l’idée de continuer à lutter, avec nos moyens, contre ceux qui pensent que l’enfant qui part vivre une année à l’étranger «prend du retard», «perd une année» ou «voit fondre ses acquis». Les chiffres (voir enquête «que sont-ils devenus» -publiée en 97) prouvent que ‘nos’ anciens se portent plutôt bien, et que ce qu’ils ont pu apprendre lors de cette année d’étude à l’étranger leur sert d’aide et de guide tout au long de leur vie, et que certains des acquis précieux qu’ils ont accumulés (langue, maturité, motivation, expérience) ne leur seront jamais ôtés.

Nous rendons compte dans ce numéro des enquêtes portant sur l’Allemagne, l’Afrique du Sud, les États-Unis et la Russie.

Quelques points pratiques. 1°/ Les présentations sont un condensé d’une ou plusieurs enquêtes. Elles se veulent une représentation d’un travail et d’une opinion plus collective qu’individuelle. 2°/ Certains enquêteurs ont jugé utile de faire intervenir des professeurs. Nous avons décidé de rendre compte des opinions de ces derniers quand nous les jugions intéressantes ou complémentaires

Remerciements à Lydie, Camille, Lucie, Agathe, Stéphanie, Julien, Aline, Amélie, Flora, Natacha, Amandine, Anne, Kevin, Céline, Julia, Elodie, Patrick, Yann, Emilie, Camille, Chloé, Astrid, Anne, Gaëlle, Séverine, Marie-Pierre, Amélie, Liza, Céline, Stella, Lydie, Françoise, Julie, Estelle, Solène, Lisa, Marie, Andrea, Odyssée, Delphine, Clément, Emilie, Yannick, Maé, Marion, Virginie, Cécile, Marie, Jean-Baptiste, Maharid, Alexandra, Amandine… et leurs professeurs.

Un seul participant en Russie cette année (en l’occurrence une participante) donc une seule enquête. Mais un compte-rendu qui ne manque pas d’intérêt.

LE DIPLÔME

L’examen intermédiaire, que les jeunes Russes passent vers leur quatorzième ou quinzième année, permet de les diriger vers une filière adaptée : ‘scientifique’, ‘littéraire’, ou ‘enseignement global’. L’examen porte sur le Russe, les Maths, deux matières choisies par l’élève et une matière choisie par les professeurs. L’examen dit ‘de sortie’ permet d’entrer à l’université. Il porte, lui, sur le Russe et sur les matières choisies par l’élève. Les épreuves sont notées sur 5. Une note inférieure ou égale à 2 est éliminatoire.
Notre participante juge la structure d’études assez au point, notamment en ce qui concerne les classes à ‘profil’.

RYTHME SCOLAIRE

Exemple d'emploi dans un lycée en RussieLes rythmes annuels
L’année est, comme en France, découpée en trois trimestres. Les périodes de vacances (des périodes d’une semaine) se situent en plein milieu et en fin de trimestre.
Le rythme hebdomadaire et journalier.
Les cours ont lieu du lundi au vendredi. Quelques classes, dans certaines écoles, ont lieu le samedi. Les cours durent 40 ou 45 minutes et s’étalent entre 8H30 et 14H00 environ (dans certaines écoles 15H00). Il n’y a pas de pause pour le déjeuner et cela semble «parfois dur» pour une jeune française : «A 12 heures, mon ventre crie famine, et puis je trouve ça un peu dommage car c’est un bon moment pour parler et se retrouver entre amis.»
«Contrairement aux apparences», les emplois du temps paraissent assez chargés, mais les vacances sont très bien réparties dans l’année.»

Les matières
L’élève est orienté, en fonction de ses goûts et de ses résultats à l’examen, vers une des filières (littéraire, scientifique, globale). A l’intérieur de chaque filière les matières sont toutes obligatoires.. On peut ajouter à ces matières obligatoires qui constituent l’ossature du programme 1 ou 2 matières supplémentaires (art, musique…). (L’exemple ci-dessus concerne une élève inscrite en scientifique). Le sport est obligatoire, il se pratique 2 fois 40 minutes par semaine.
Au goût de notre participante, ce programme est «un peu léger…» «Mais nombreux sont ceux qui pratiquent un sport l’après-midi, en dehors de l’école.»
Hiérarchie des matières
«Aucun coefficient à l’examen final, donc aucune priorité particulière, sinon celle que se fixe l’étudiant.» Toutes les matières sont vraiment respectées. Il semble que cette façon de voir ait de gros avantages.»

RELATIONS ET ATTITUDE

Professeurs / Elèves
«Ces relations sont réellement excellentes.» Chaque élève se voit attribuer un professeur principal au début de sa scolarité. Ce professeur devient une sorte de ‘parrain’ pour l’élève. Sa présence est importante et efficace. C’est une aide. «Avec lui les relations sont vraiment très suivies. Ma professeur principale m’a expliqué que dans certains cas, elle devenait pour ses élèves (ceux dont elle a la ‘charge’), comme une ‘seconde mère’.
L’ambiance dans l’école
«Elle est vraiment très bonne. Il y a une vraie vie scolaire, des discussions, un bon climat.»

Les élèves
«Ils sont heureux d’aller à l’école, et très actifs au sein de celle-ci.»

OBJECTIFS
« L’école me paraît très axée sur l’enseignement des connaissances. Cet enseignement me paraît d’ailleurs assez pointu. Le niveau me paraît bon.»
Complémentarité par rapport à l’école française
«Au niveau des structures et des acquis, et dans la mesure où les objectifs des deux écoles sont assez proches, ce système ne me paraît pas très complémentaire du système français. Mais il possède quand même de vrais atouts. L’école propose énormément de sorties (visites, musées, excursions, spectacles…) encadrées par les professeurs. Tous ces événements ouvrent énormément les élèves vers l’extérieur – ils permettent également d’établir un autre type de relations entre professeurs et élèves. C’est un très bon point.