Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Grandir

Grandir

L’Australie c’est comme un monde à lui tout seul, un monde à part. Du fait de son isolement, l’Australie semble ne pas avoir de connections réelles avec le « monde extérieur ». Et moi j’ai l’impression d’être dans une autre dimension, d’être en parallèle de la réalité.

Avant de partir, ou plutôt avant de songer réellement à partir, mon rêve était de vivre une année comme dans les films américains, de connaître ce genre de lycée type, de cantine… enfin tous ces trucs stéréotypés. Aujourd’hui, je regarde autour de moi et je me dis : «Non, ce n’est pas le lycée d’ ” American Pie”, non il n’y a pas de cantine comme je les imaginais, non, les jeunes ne portent pas de tenues excentriques. » En réalité, nous sommes en uniforme ! Au fond tout ça n’était qu’un rêve, et les rêves, on le sait, sont bien plus beaux lorsqu’ils restent à l’état de rêves. J’aime découvrir, c’est quelque chose d’important pour moi. Ici je suis servie : la famille, l’école, les gens, tout est source d’enrichissement. Un sourire, un surnom, une incitation à se joindre à un groupe pour le lunch, sont autant de sources de bonheur ; elles animent ma journée : ici, j’apprends à apprécier toutes les petits signes et toutes les petites attentions. Voilà, je construis une autre vie, bien réelle, et en même te mps, je forge un autre aspect de ma personnalité. La distance me fait prendre conscience de plein de choses sur moi et sur ma vie, passée présente ou future. Je n’ai plus de doute ; je sais maintenant que la décision que j’ai prise de venir ici est la meilleure décision que j’ai jamais prise, la plus belle. Ce choix m’engage entièrement, je sais qu’il aura des conséquences tout au long de ma vie. Chaque jour qui passe, chaque minute même ne cesse de me le rappeler. Je suis heureuse : je trouve certaines réponses à des questions que je me suis longte mps posées, je commence à dépasser certains remords et regrets. La vie est trop courte pour perdre du te mps à regarder en arrière. Je vis trop dans le passé, par peur du futur : je crois que je ne veux pas grandir. C’est comme si j’avais envie d’avoir toujours 17 ans. C’est en partie pour ça que j’ai choisi de partir. Tout arrive tellement vite : le bac, le permis, les études… Toutes ces choses destinées à nous insérer dans le monde actif et cruel. J’ai donc choisi de grandir ici, pendant un an. Et je reviendrai fin prête pour affronter tout ça ! Oui, j’avais peur de devenir adulte !

Léa, Perth, Western Australia
Un an en Australie