Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Un pays merveilleux

Un pays merveilleux

 UN PAYS MERVEILLEUX
Margaux, Sherman, Illinois
Une année scolaire aux USA

En image : Romane, Cavalier, North Dakota

Parfois, autour de moi —ici aux USA—, les gens me demandent: «Pourquoi es-tu venue t’installer dans ce trou perdu de l’Illinois?» Et moi je réponds tout simplement: «Mais j’adore ma vie ici!» Je me sens bien, même si c’est la campagne, même si c’est une petite ville, même s’il fait super froid l’hiver, même s’il pleut, même si je suis loin du soleil
californien, des studios d’Orlando ou des lumières de Vegas… Ma position géographique: «Mais, qu’est-ce que j’en ai à faire ?» Le fait d’aimer ou non son année d’échange n’est pas lié au lieu où l’on a atterri, mais bien à ce que l’on est et à ceux que l’on rencontre : ces «étrangers» qui deviendront nos proches et nos alliés, tout ce qui nous permettra de nous intégrer. Nos hôtes nous font découvrir des endroits secrets, nous font confiance, nous considèrent comme un(e) parfait(e) Américain(e). Ils nous donnent l’impression qu’on les connaît depuis longtemps. Une année dans une vie ce n’est rien, mais cette année va m’apporter tellement en terme d’estime, d’indépendance, de maturité : une année comme ça vous aide à positiver et à savoir ce que vous voulez faire de votre vie.

Mon coeur vit dans un pays merveilleux: dans ce pays j’ai deux familles, deux nationalités, deux types de mode de vie, deux types de nourriture, deux types d’amis… C’est un pays de rêve. Mais malheureusement ce n’est qu’un rêve que je vis, et bien que je refuse de me réveiller, je ne peux m’empêcher de me dire que la fin approche, que c’est déjà fini, que le pays rêvé bientôt va m’échapper.

Toi qui es allongé sur ton lit en train de lire les témoignages, un conseil: bouge-toi, commence à remplir les papiers (il faut du courage, car c’est long cette affaire!), ne perds pas espoir, convaincs ta famille, dis-leur que dix mois ce n’est rien et sois persuadé que ces dix mois seront les meilleurs de ta vie. Je te le dis : tu as de la chance, car pour toi le rêve n’a pas encore commencé.