Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Témoignage d’une mère

Témoignage d’une mère

PAR ANNE LENOIR

Un très grand merci à la famille Blanche. Grâce à leur tact, leur gentillesse, leur délicatesse et sans doute aussi leur grande patience, Romain a pu surmonter ses difficultés à communiquer les premières semaines et à s’intégrer dans une école qui a des exigences auxquelles il ne s’attendait pas. Nous leur en sommes immensément reconnaissants. Nous n’avons connu la destination de Romain et les coordonnées de sa famille d’accueil que cinq jours avant son départ, prévu le 2 septembre. Nous commencions à être sérieusement inquiets. Le lendemain matin, à notre réveil, nous avions un mail. Nous pouvions imaginer un peu plus l’univers dans lequel Romain allait passer un an… Marilyn, la maman, nous prévenait que l’école où irait Romain (Saint Francis School), n’acceptait pas les jeans et qu’il serait donc souhaitable que Romain apporte d’autres pantalons – Il n’avait bien sûr jamais voulu en acheter auparavant – Nous sommes donc partis faire quelques achats. Deux jours plus tard nous apprenions qu’il lui faudrait aussi quelques chemises car l’école n’admettait pas les tee-shirts. Or Romain ne portait que cela. Nous sommes repartis faire les boutiques, et nous avons trouvé deux chemises et un autre pantalon.

À son arrivée dans son école, Romain a découvert que le règlement intérieur stipulait que les cheveux ne devaient pas toucher le col (de la chemise). Il a eu bien du mal à avouer à sa soeur qu’il avait dû raccourcir ses cheveux, lui qui ne voulait plus les toucher depuis 6 mois. Nous avions été prévenus que l’une des difficultés – et en même temps l’une des richesses de cette expérience – serait d’accepter une famille qui bien qu’ouverte – puisqu’elle accepte d’accueillir un jeune étranger pendant un an –, n’en n’est pas moins très différente de la sienne. Nous avions beaucoup discuté de cela avec Romain. Le plus difficile et le plus imprévu pour lui a été, je crois, de s’adapter à l’école, à son cadre vestimentaire assez rigide, ainsi qu’à l’ambiance religieuse et aux prières.

Nous savions aussi, et nous ne pouvons que confirmer, combien les activités extrascolaires étaient importantes pour l’intégration dans le pays. Romain a eu la chance, pendant ce premier trimestre, de faire partie de l’équipe de football américain de son école et bien que n’étant que réserviste (il débutait dans ce sport), il s’est senti membre à part entière de l’équipe. Ils sont allés de victoire inespérée en victoire inespérée, ils sont partis jouer dans tout le Michigan (du lac Supérieur à Détroit), et ont remporté la coupe de leur catégorie. Leur finale a même été retransmise sur la chaîne de télévision locale. Leur retour à Traverse City a été triomphal, des voitures de police leur ouvraient la route !

Nous nous sommes posé la question d’accueillir nous-même une jeune étrangère cette année, en partie pour tenir compagnie à la plus jeune soeur de Romain, qui n’a qu’un an d’écart avec lui et qui souffre de son absence. Nous avons eu quelques hésitations au premier trimestre, craignant un peu de ne pas être aussi disponibles que la famille Blanche. Mais nous venons d’être sollicités par PIE : une jeune Canadienne, à Paris depuis 3 mois, cherche une nouvelle famille d’accueil, celle qui l’héberge actuellement ayant un problème de santé. Bien que nous ne soyons pas une famille parfaite – mais en existe-t-il ? – nous allons peut-être faire le pas !

Article paru dans le journal Trois-Quatorze n°43