Points clés

Accueillir un étranger — Dès Août 2016

Ouvrir son foyer à un jeune étranger, sur la longue durée et sur la base du bénévolat : tel est le sens de l’accueil. Ce programme s’adresse à tous ceux qui sont sensibles à l’échange et prêts à ouvrir leur porte. Vous pouvez consulter les profils en ligne.

Partir une année scolaire à l’étranger entre 15 et 18 ans

5 bonnes raisons de partir une année scolaire,
Le meilleur moment pour partir,
La famille d'accueil, l'école,
La question de la langue et de l'adaptation,
Inscription, préparation, stage d'orientation, suivi...

Échange trimestre (Australie & Canada)

Cette formule, unique, est basée sur la réciprocité de l’échange. Le lycéen français part vivre 3 mois au Canada ou en Australie ; plus tard, la famille du participant français accueille le « frère » ou la « sœur d'accueil » du participant.

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous - Notoriété et références
L'histoire de PIE
Le réseau PIE (vos contacts)
Rendez-vous (réunions d'infos, stages, salons)
PIE dans la presse

POINTS PRATIQUES

FAQ Comment partir à l’étranger ?

FAQ Comment partir à l’étranger ?

A quel âge partir ?
Quelle destination choisir ?
La question de la langue...
Et tant d'autres interrogations.

Marche à suivre

Marche à suivre

Toute la procédure, depuis la demande d'information... jusqu'au départ dans son pays d'accueil !

Questions d’argent

Questions d’argent

Les prix des séjours
Ce que comprend la participation
Où va l'argent...

Le passeport, les assurances…

Le passeport, les assurances…

Passeport, visa, assurance, périodes de départ, durée des séjours

Témoignage

L’impression du mois

p_1607_314_57_impression|mois_nathan|nouzille_lJE SUIS UNE MÈRE D’ACCUEIL TRÈS FIÈRE
Bonnie — Mère d’accueil américaine de Nathan
Une année scolaire aux USA, 2015-2016

En image : Nathan, participant français, et son « frère d’accueil » allemand, Thilo — Eugene, Oregon, USA

LETTRE DE BONNIE À PIE — En 2015-2016 Bonnie avait une double casquette : elle était à la fois déléguée américaine (du réseau partenaire de PIE) et mère d’accueil de deux jeunes étrangers : Nathan & Thilo. Elle livre ici un témoignage de son accueil du jeune Français et en tire une leçon relative à son travail de déléguée.
L’année dernière, au 31 août, il nous restait encore quelques familles d’accueil à trouver pour nos jeunes.
Ma famille s’était engagée à recevoir un jeune Allemand, mais quand nous avons su que le lycée à côté de chez nous était disposé à recevoir d’autres étudiants —et parce qu’il nous restait un « lit de disponible »— nous avons décidé d’accueillir en plus un jeune Français: il partagerait sa chambre avec le jeune Allemand.
Le 1er septembre, quand ce jeune Français a appris qu’il avait une famille d’accueil, et qu’au final il partirait bien aux USA, il a été très surpris. Pas trop partant au départ pour partager sa chambre, surtout avec un Allemand… mais disposé à tenter l’aventure. Une leçon de vie, avant même de partir!
Il est arrivé juste après le début des cours. Il a débarqué dans sa « High School » avec sa clarinette (qu’il avait apportée de France) ; il a auditionné pour le « Jazz Band » et l’orchestre symphonique. Il a été accepté aux deux. Un mois plus tard, son professeur a proposé sa candidature au Pacific North West Symposium! Là encore, il a été accepté: belle réussite pour un étudiant d’échange.
Lors d’un concert, on lui a demandé de remplacer au pied levé un membre de l’orchestre et de se produire en solo. Il s’est retrouvé tout seul sur scène. Il a réalisé une performance étonnante, jouant avec flamme et expressivité. Plus tard dans l’année, son professeur lui a demandé d’apprendre à jouer d’un nouvel instrument, car il en avait besoin pour un morceau et personne n’en jouait. Il a accepté. Il a pratiqué l’instrument pendant une semaine… et a joué sa partition en concert, sans une faute! Ce garçon français, à vrai dire, n’a cessé durant l’année d’apporter quelque chose à l’orchestre de son école. Il a gagné le « Best Woodwing Award » et le « MVP Award ». Son professeur ne cesse de vanter les mérites de cet étudiant qui a démarré l’école en retard, qui a changé « la culture » de l’orchestre en le portant à un niveau de performance jamais atteint, en influençant ses choix musicaux, et en apportant plus qu’aucun autre élève avant lui ne l’avait jamais fait.
Je suis une mère d’accueil très fière.
Au-delà de la musique, ce jeune Français s’est inscrit à la classe « Coffee Cart ». C’est une matière où les étudiants apprennent à faire du café, à le vendre, et à gérer une entreprise. Ce type a vendu douze à quinze cafés par jour quand les autres n’en vendaient qu’un à cinq. Il est devenu le « Top Barista » et les clients (les profs, le staff, et les élèves) voulaient toujours que ce soit lui qui les serve. Il a gagné 12 à 15 $ de pourboire par semaine! Son prof lui a fait des lettres de recommandation qu’il pourra présenter à des employeurs susceptibles de le recruter en France. Ce professeur dit qu’il n’avait jamais eu auparavant un étudiant aussi brillant.
L’école qui l’a reçu a été transformée à jamais par cet étudiant. Notre famille aussi.
Je me répète, mais je suis une mère d’accueil très fière.
Quand je repense à ce garçon qui n’était pas placé le 30 août, je réalise que son profil semblait plutôt quelconque: il n’était pas sportif, il n’avait pas de « hobby » particulier… Mais c’était en fait une perle rare, une perle cachée, enfouie dans la liste de tous nos étudiants. Cela m’amène à penser que nous devrions considérer tous les jeunes sur nos listes comme des perles rares.
Les jeunes que nous recevons sont adorables. Ils ont besoin qu’on leur donne une chance de briller. Placer les étudiants est donc très important. L’impact pour eux, pour l’école et pour leur future famille est profond.
Cette histoire m’a donné de l’énergie et de la vie. J’espère qu’elle produira sur vous le même effet.
Merci Nathan.