Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze > Témoignages d'étudiants en Université aux USA > Point de vue de parent sur le programme PIE Campus

Point de vue de parent sur le programme PIE Campus

UN CHOIX DIFFICILE
Mère d’Océane, participante au programme PIE CAMPUS
Études universitaires – Utah, USA

Le campus de l'université d'Océane, participante PIE/GO Campus dans l'Utah - Science BuidingEn image — Ci-dessus : le campus / Ci-dessous : Zion Park

3.14 — Qui a eu connaissance du programme PIE CAMPUS et de l’association ? Qui est à l’initiative du projet ?
Sylvie Pommelet — Ma fille avait engagé des études de médecine et envisageait de prendre une année sabbatique pour apprendre l’anglais. C’est moi-même qui ai engagé des recherches sur internet. Et je suis tombée sur PIE. Il y avait aussi des programmes EF, mais qui étaient plus axés sur un break d’été sur un parcours hors système universitaire. Le programme PIE Campus était attrayant (séduisant même), mais je n’y connaissais rien du tout et je ne voyais pas comment m’en sortir au milieu de tout ça. J’ai  lu et commencé à comprendre. Puis on a été à la réunion d’info. Les choses se clarifiaient. On avançait pas à pas. On était de plus en plus convaincus, mais on partait un peu dans l’inconnu (est-ce que l’association est sérieuse? dans quoi s’embarque-t-on? ce genre de choses). Alors on s’est renseignés sur PIE et on a eu de bons échos.

3.14 — Au final qu’est-ce qui vous a convaincu, vous et votre fille, de vous inscrire au programme et de franchir le pas ?
S.P. — Chaque étape a été importante. Le jeune d’Épernay qui était parti avec PIE, nous a d’abord rassurés sur l’association. Et les contacts fréquents avec Sarah (la responsable du programme) ont été cruciaux. Elle a été présente et toujours disponible auprès de ma fille pour lui expliquer les choses et l’aider à chaque étape de la mise en place de son projet. Ma fille a complètement géré l’affaire avec elle. J’ai pris confiance quand j’ai compris qu’elle était bien prise en mains.

3.14 — Visiblement, la décision a tout de même été compliquée à prendre ?
S.P. — Oui, car c’est quand même un choix majeur. Et les choses se sont compliquées dans la mesure où Océane a choisi entre-temps d’arrêter ses études de médecine. Elle était encore plus convaincue de devoir/vouloir partir, mais il se pouvait que le projet d’une année se transforme en projet pour quatre ans! L’enjeu n’en était que plus important. Et le choix plus crucial encore. 

3.14 — Qu’est-ce qui vous a le plus freinés ?
S.P. — Une fois que nous avons eu confiance dans l’association, trois questions se sont posées: le coût global du projet, l’incertitude et l’inconnu liés à l’université où Océane pourrait être inscrite et enfin la question du climat. Les deux premiers points étaient vraiment liés. Ma fille et moi avions la même interrogation : “On va engager une somme importante (près de 15000 euros par an) sans savoir si l’université va lui convenir et lui plaire! PIE va-t-elle pouvoir répondre à nos besoins et à nos exigences.”
Quant au climat, ma fille ne se voyait pas dans un État du nord du pays ou du Midwest… Chicago et tous les coins comme ça, ça lui paraissait trop rude. J’ajoute également un point: Océane voulait étudier dans une grande université, un grand établissement.

3.14 — À quel moment avez-vous donné votre aval définitif ?
S.P. — Cela s’est fait en deux temps. On a d’abord décidé de s’inscrire, de faire le dossier, de verser les frais. Mais on s’est clairement dit que si PIE ne nous proposait aucune université qui corresponde aux attentes d’Océane, on ferait marche arrière… quitte à perdre les sommes engagées. Je préférais perdre un peu d’argent que de voir ma fille s’embarquer pour quatre années dans un projet qui ne lui convenait pas. Mais, au final, dans la liste PIE CAMPUS, il y avait deux universités qui semblaient vraiment correspondre à ses attentes et à nos possibilités. Alors elle est partie… direction l’Utah!

3.14 — Après deux  mois sur place, pouvez-vous dresser un premier bilan ? 
S.P. — Pour l’instant l’expérience est totalement positive. Océane est ravie, épanouie, et je la sens en route pour suivre tout son cursus là-bas.

3.14 — Quel est son domaine d’études ? 
S.P. — C’est un point intéressant. Au départ, Océane hésitait entre «Psychologie» et «Finance»! À son arrivée sur place, on lui a proposé de postuler à un nouveau programme («Jump Start»), qui consiste en une première année d’études qui mixe des matières classiques et de la recherche de terrain. Elle a été reçue avec une petite centaine d’élèves. Elle suit des cours généraux et, en parallèle, une semaine par mois, elle participe à des formes de camps/expéditions dans les grands parcs nationaux américains. Sur le terrain, elle étudie la photo, la biologie, la géologie, l’astronomie. Ils campent à Bryce Canyon, Zion Park, etc. Je crois que c’est une expérience extraordinaire. C’est très concret. Cela la passionne: elle adore ça et est très heureuse.

3.14 — Comment voyez-vous la suite ? 
Océane ne se voit plus rentrer en France pour ses études. Elle trouve que les domaines y sont trop cloisonnés et qu’elle n’a pas la même liberté d’action. L’an prochain, elle envisage de faire un double major en “Psychology” et “Business”. 

Zion Park