Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Petit à petit

Petit à petit

Oslo, Norvège — Partir à l'étranger — Une année scolaire avec PIEEn images : Oslo et les forêts norvégiennes

PETIT À PETIT

Nathan, Skedsmokorset
Une année scolaire en Norvège

Je m’intègre très bien, ma famille est très sympathique, les enfants aiment bien rigoler, tout partager avec moi, et tout cela est très plaisant. Les chiens sont supers et ils adorent me voir quand je rentre de l’école. Parfois nous partons à Oslo en famille, pour aller boire un chocolat chaud ou pour que je puisse découvrir de nouveaux endroits. Ils me racontent, avec passion, l’histoire de ces lieux.La Norvège est un pays où il y fait bon vivre, les gens sont aimables et agréables.L’école est très différente si on la compare à la France : les horaires sont beaucoup plus flexibles et les journées finissent tôt ; au plus tard à 15h40, parfois à 14h00… et certains jours on commence à midi ! On mange tôt également, à 11h30 puis à nouveau vers 15h30-16h00. À l’école nous n’avons plus de cahiers et de stylos: tout le monde travaille sur son ordinateur portable. Ici il n’y a aucune punition, les élèves peuvent manger et boire en cours, garder leur capuche et leur casquette, arriver 15 minutes en retard, tutoyer le professeur et l’appeler par son prénom. Au début, je trouvais cela assez étrange, mais je m’y suis fait.

Forêt norvégienne — Partir à l'étranger — Nathan, une année scolaire avec PIE Je me trouve assez loin de l’école, dans un secteur qui est très peu desservi par les bus. Ils partent tôt le matin et rentrent tard le soir. Parfois, je dois attendre pendant une quarantaine de minutes. En revanche, comme j’habite à plus de 6 kilomètres de mon établissement, je peux profiter d’une carte de bus gratuite.
Tous les midis, je rejoins mes amis à la cantine, je suis particulièrement ami avec une italienne, qui est partie avec «MyEducation» et qui était avec moi à Copenhague. C’est bien de connaître quelqu’un dans la même situation que soi et qui peut comprendre ce que ça fait d’être totalement étranger à la culture norvégienne. Parfois je rigole quand elle parle anglais ou norvégien, car elle a un accent typiquement italien, très facilement reconnaissable.
Mes amis Norvégiens sont sympathiques avec moi, ils me proposent parfois de faire quelque chose après les cours. Ils sont toujours prêts à m’aider et à m’expliquer certaines choses.
J’ai décidé de reprendre le football, après n’en avoir pas fait pendant de longues années. J’ai donc intégré une équipe près de chez moi, appelée «Skedsmo». Je ne suis pas très bon mais je m’y remets assez vite. J’apprécie beaucoup, car mon équipe m’encourage dès que je fais quelque chose de bien. Je me sens assez bien intégré.
J’habite dans une petite maison, ou plutôt dans la petite annexe qui se trouve à quelques mètres de la maison. Finalement, c’est assez sympathique.
Les forêts norvégiennes sont très jolies et très différentes des forêts françaises. J’y balade les chiens : ils adorent courir dans tous les sens, mais restent très obéissants.
Ici, il fait déjà assez froid. Parfois le thermomètre descend en dessous de -12° ou -13°C —alors que nous ne sommes qu’en novembre !—, et durant la journée la température ne dépasse généralement pas les 3°C. Depuis une semaine, la neige a fait son apparition. J’espère qu’elle sera présente le jour de Noël.
Globalement tout va très bien pour moi : je me fais à ma nouvelle vie… petit à petit.