Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Silea, Suisse, Une Année en France

Silea, Suisse, Une Année en France

Le TGV s’arrête lentement et ouvre ses portes en grinçant. J’embrasse une dernière fois une autre étudiante, on se souhaite bonne chance et je sors rapidement mes affaires du wagon. Mon coeur bat fort et j’ai de nouveau envie d’aller aux toilettes. J’ai un pressentiment : ma famille d’accueil a dû m’oublier. Je marche sur le quai, ça se confirme, quand… tout à coup, je sens quelqu’un qui me serre amicalement dans ses bras. Le voyage en avion dure environ une demi-heure. Je suis nerveuse. Je ne comprends pas les questions les plus simples. Je voudrais poser des questions mais je ne sais pas les formuler. Les jours qui suivent je m’habitue assez facilement : au rythme, aux choses inconnues, à ma nouvelle famille (car c’est une bonne famille). Je m’intègre assez aisément. Après quelques temps j’ai une période de dépression. J’en ai marre de parler français, de penser en français, de regarder la télé en français, d’écouter la radio en français. Le français, la plus belle langue du monde…. à d’autres. Moi j’en ai douté. Mais la famille m’a aidée. Elle m’a fait penser à autre chose. Puis je suis rentrée dans une autre phase. Celle où tout a été plus clair et plus simple. J’ai trouvé des amis, j’ai appris beaucoup en peu de temps, les handicaps se sont levés, j’ai commencé à comprendre le pays où j’étais. Quand je regarde aujourd’hui, avec un peu de distance, mon année et que je repense à mon arrivée, je suis assez fière de moi, fière d’avoir quitté ma Suisse natale et d’avoir réussi à assimiler les Français. Je trouve les Français finalement assez simples et bons vivants mais
râleurs, pressés, même stressés (par exemple de ne pas toujours être à l’heure)… Et en même temps, c’est peut-être ça qui fait leur charme, de n’être jamais à l’heure. J’ai beaucoup d’affection pour cette mentalité avec tous ses bons et mauvais côtés.
Personnellement ce que je ne comprends pas c’est pourquoi, maintenant que j’ai surmonté toutes les difficultés et que, quelque part, je suis devenue un peu française, c’est pourquoi il va me falloir partir et abandonner cette part de moi-même. Ca, je crois que je ne le comprendrai jamais.

SILEA – SUISSE
Une année en France avec PIE – Oct 95