Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Reportages > Lettre de France – Lettre du Mexique

Lettre de France – Lettre du Mexique

Fort contraste entre ces deux articles. Jenny nous raconte Tuxtla au moment des événements révolutionnaires de janvier dernier. Quant à Ana, elle nous décrit une France insouciante et dorée. 3.14… Entre l’actualité et la promenade.

La France, vu par AnaLETTRE DU MEXIQUE

Il est 8H20, je viens de raccrocher le téléphone, il me reste un peu de temps avant d’aller au lycée pour écrire tout ce que je ne peux pas dire au téléphone.

L’école se passe bien. Ce semestre-ci j’ai des cours de sociologie, sciences de la communication, maths, biologie, anglais, économie, science de la communication, problèmes politiques et économiques du Mexique, informatique, musique, sport, histoire des doctrines philosophiques, étymologie gréco-latine, et introduction au droit. Quelques unes de ces matières vont changer au 6ème semestre. J’ai des cours de 7H à 8H30, avec deux récrés de 30 minutes. J’ai des profs bien et d’autres vraiment nuls. Je me suis fait beaucoup d’amis. Plus souvent masculins que féminins car les filles sont d’une superficialité décevante. Je ne mange jamais avant 14h30, 15H. Au début c’était dur, je mourrais de faim. L’après midi, je lis, j’écris.

Blanquita, elle, va au gymnase faire de l’exercice. Ses parents travaillent là-bas. Le père rentre tard le soir. Riquis (le frère – 14 ans), va à une école d’Anglais de 19 à 21 heures. Le soir, donc , chacun mange à son heure. Je vais bientôt m’inscrire à une école de musique… Ça me manque trop de ne pas en faire. La famille a un piano, mais désaccordé, et ils ne sont pas musiciens pour deux sous. J’ai mis beaucoup de temps à m’habituer à ma famille mais en fait ils sont bien sympas. Ils ont une vision des choses très différente de la mienne, mais je suis venue pour voir autre chose, non ? Ils sont très traditionalistes, très stricts avec leur fille, donc très strict avec moi. Je me rends compte à quel point je suis libre en France, et à quel point ma mère a confiance en moi. Ils acceptent difficilement que quelqu’un vienne me voir quand ils ne sont pas là ou que je rende visite à des amis. Avec les événements politiques du moment, c’est encore pire qu’avant et je n’ose même plus aller au centre commercial.
En ce qui concerne la guerilla, tout à commencé le 31 décembre, quand des indiens du Chiapas (Ejercito Zapatista para la Liberacion Nacional) ont pris San Cristobal, Las Margaritas et Altamirano. Ils ont coupé les communications, l’électricité, et ils ont déclaré la guerre à l’armée. Tout le Mexique a appris ça le 1er au matin, alors que le pays était encore dans les brumes de l’alcool.

Les gens se sont affolés, on a vu l’armée défiler dans les rues de Tuxtla (convois, avions, hélicoptères, tanks). Le soir, à 8H30, il n’y avait plus personne dans les rues : on aurait dit le couvre-feu. Et la nuit n’a jamais été si tranquille. Dans les jours qui ont suivi, les rumeurs ont couru. Le 3 janvier, à l’école, il n’y avait pas la moitié des élèves, ni des profs. La presse était censurée. On apprenait seulement le nombre de morts. On nous disait que l’armée avait repris les choses en main et que tout allait bien. Mais les témoignages des gens étaient bien différents de ce que nous disait la TV. Dans Tuxtla tout paraissait normal, à part les hélicoptères dans le ciel et les soldats que l’on croisait de temps à autre. Le samedi, Blanca est venue me parler. Elle m’a dit qu’elle avait un peu peur pour ses enfants et que si ça continuait elle les enverrait dans l’Idaho, où elle a de la famille. Elle m’a dit de contacter ma famille et de prendre une décision avec eux. Je l’écoutais en pleurant, en pensant que je n’avais pas de chance et que vraiment je ne voulais pas rentrer. Je ne pensais pas que le problème était si grave. J’ai appelé. Chez moi, il n’y avait que ma grand-mère. Je ne voulais pas l’affoler. Je crois quand même que j’ai fait peur à ma grand-mère et je m’en suis voulue. Je voulais vous appeler directement à Paris, mais je n’avais plus votre numéro. Finalement les choses sont rentrées dans l’ordre. Tuxtla est restée relativement calme et ma famille ne s’est pas exilée. Je languis de parler à mes parents. Je leur raconterai tout ça par courrier, mais ça va mettre plus d’un mois à arriver. C’est dur d’être décalée. PS. L’idée de devoir rentrer prématurément m’a fait réfléchir aux plaisirs que j’ai ici. Je ne regrette rien. Ça vaut la peine.

Jenny.

LETTRE DE FRANCE

Paris est énorme, internationale. Il y a de tout. En même temps c’est une ville classique. Dès qu’il voit une rue ancienne, quelqu’un, comme moi, qui vient d’un pays nouveau, se dit : ‘Ça doit être la plus belle rue de la ville’. Mais non, toutes les rues sont pareilles.

Paris a une âme. J’ai essayé de la trouver. C’est dur de tout voir, mais il y a des choses qu’il ne faut pas louper. A mon avis, la visite de la Tour Eiffel est obligatoire. Le Trocadéro aussi : apportez vos ‘Roller-skates’. Les Halles : pour voir les gens qui jouent de la musique et font du théâtre, ou bien juste pour se balader. Montparnasse : pour les cinés (c’est fou ce qu’il y a comme cinés). Si vous avez un peu de temps montez à la Tour. St Germain, Montmartre…
On ne peut pas parler de la France sans parler de la nourriture. Les ‘musts’ restent les croissants, les crêpes, le fromage, la tarte aux pommes et le cidre, les fruits de mer, les plats arabes (je ne connaissais pas le Couscous, vous imaginez ?) et les cuisines de tous les pays.

La France c’est le pays de la mode. Ce que j’adore, c’est la liberté de chacun. Il y a de tout et personne ne se fait rejeter ni remarquer à cause de cela. Bien sûr dans les lycées, il y a des dominantes : 501, chaussures à grosses semelles, blouson en jean ou en cuir, couleur noire. Question d’âge et reflet d’une mentalité.

Ana.

Article paru dans le journal Trois-Quatorze n°21