Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Deux conseils pour s’adapter

Deux conseils pour s’adapter

À la découverte de l'Oregon - Séjours scolaire aux USA avec  PIEFAITES DU SPORT…
Martin, Vernonia, Oregon
Une année scolaire aux USA

Premiers jours
Les premiers jours ont été difficiles, mais maintenant tout se passe à merveille. Je suis dans une super famille avec un étudiant d’échange qui vient de Bosnie-Herzégovine. Les parents sont retraités. Avant de partir, je redoutais un peu, mais au final je suis très content d’être avec eux, car ils ont beaucoup de temps à nous consacrer ; ils nous racontent leurs expériences de jeunesse. Je m’entends très bien avec mon « frère », on partage les mêmes centres d’intérêts, on se raconte tout ce qui nous arrive au lycée, etc.

La vie américaine
Elle n’a rien à voir avec la vie française, il a fallu s’adapter au rythme mais aussi au mode de vie de cette famille: par exemple aller à la messe chaque dimanche, s’adapter à la nourriture, aux Américains.

L’école
L’école ici est faite pour que tout le monde puisse comprendre, et pour que l’on passe moins de temps à travailler le soir à la maison… histoire de pouvoir faire du sport et d’avoir du temps avec ses amis et sa famille. Les profs sont très ouverts, cools et ils font tout pour que tout se passe au mieux.

Le sport
Il occupe une grande partie de notre temps. À chaque rencontre de volleyball, de football américain ou même de cross-country, la majeure partie des étudiants sont présents. Tout le monde est content de venir encourager son équipe, qu’elle gagne ou qu’elle perde ; c’est simplement un moment convivial où, tous, on se retrouve. Le lendemain du match, les profs discutent et commentent: qui était présent? qu’est-ce que s’est passé? etc. Tous les jours, je finis l’école à 15h. Après nous avons entraînement. Moi, j’ai choisi le cross-country parce que je fais de l’athlétisme en France (donc je savais que je n’étais pas si mauvais que ça!). Dès le premier entraînement; tout le monde est venu me voir pour me demander qui j’étais, d’où je venais et si j’avais déjà fait du cross-country. Je ne parlais pas très bien anglais, mais même le coach s’est engagé dans la discussion. Maintenant on est comme des potes, on rigole ensemble. La saison de cross-country s’est achevée la semaine dernière. Place maintenant au basketball. On attend ça avec impatience. Parce que le sport a une place à part aux États-Unis, je conseille fortement de s’y essayer et de s’y investir. C’est un excellent moyen de faire connaissance avec un tas de personnes et de se faire des potes facilement.

Même moi
Je ne regrette pas du tout mon choix d’être venu ici, bien au contraire: je me suis très vite adapté. Je vis mon «rêve américain» avec ma famille, mes amis. En septembre 2018, je discutais avec une amie qui était étudiante d’échange de la possibilité de partir: je m’en sentais incapable… et pourtant je l’ai fait. Oui même moi ! Alors, peu importe votre niveau d’anglais, peu importe qui vous êtes et d’où vous venez : cette expérience est ouverte à tout le monde. Tout le monde est en capacité de le faire puisque je l’ai fait… Oui, même moi!

Echange scolaire de trois mois au Canada - S'intégrer par le sourire

ET DES SOURIRES

Lya, Toronto, Ontario
Échange Trimestre au Canada

Quand on réalise qu’on part dans un pays dont on ne parle pas vraiment la langue, à des milliers de kilomètres de nos petites habitudes, pour vivre avec des étrangers (ou presque)… —des étrangers adorables, mais des gens que l’on connait très peu finalement—, quand on prend conscience de cela, ça fait un peu drôle.

Si vous pouvez participer à une expérience comme celle-ci, foncez ! Je ne dis pas qu’il ne m’est jamais arrivé d’avoir un petit coup de déprime ou de stress, non, loin de là! Mais vraiment tout ça vaut tellement le coup: l’expérience est juste extraordinaire, on développe notre anglais et puis on fait des rencontres fabuleuses! Rien qu’avec le petit stage de préparation, le vol aller, puis celui du retour avec les autres participants… on est servis.

Au Canada, les gens ont été si gentils. Et tout le monde a été si adorable! Là-bas, j’ai rencontré des personnes sublimes, j’ai fait des expériences formidables. Durant cet échange je suis définitivement tombée amoureuse de la langue anglaise et je sais d’ores et déjà que je souhaite repartir dans un pays anglophone, a minima un an, durant mes études par exemple.

Même si les gens autour de vous disent que c’est un pari un peu fou, si vous vous en sentez capable, honnêtement courez ! Pour certains un tel pari semble insensé, voire stupide ou risqué, mais dites-vous que tout dépend de chacun, de sa capacité d’acceptation et d’adaptation au changement. Personnellement, je peux vous assurer que cette expérience peut être une bouffée d’oxygène, qui vous permettra d’échapper à votre vie de tous les jours, de changer d’air. Dans la difficulté, rappelez-vous toujours que vous êtes déjà incroyablement courageux d’être parti là-bas, que tout va bien se passer… et que vous êtes génial.

Rappelez-vous aussi de ce truc : quand vous vous sentez un brin mélancolique, un peu stressé ou triste, prenez seulement une grande inspiration, sortez, discutez… et souriez.

Oui un sourire ça fait toujours du bien ; ça peut tout régler et puis c’est joli un sourire.