Vous êtes ici: Home > Trois Quatorze >  Témoignages > Natacha, Hambourg, Allemagne

Natacha, Hambourg, Allemagne

QUELQUES CONSEILS POUR L’ALLEMAGNE

1 – Les produits déodorants (genre bombes vittel, épilatoires…) sont beaucoup plus chers qu’en France. C’est à cause des mesures contre l’environnement. Par contre question papier, crayon de bois, etc… C’est vraiment beaucoup moins cher.

2 – Les photos à grand format mesurent 9×13 (au lieu de 10×15). Pour ne pas vous faire piéger, demandez toujours le grand format.

3 – Ne jamais mélanger les différentes sortes de poubelles. Il y a cinq espèces : celle pour le verre, celle pour le papier, celle pour le « kompost » (déchet de légumes et de nourritures), celle pour les vêtements; et les jaunes (pour les plastiques, cannettes, aluminium… qui ont déjà été lavés !)

4 – Les filles qui utilisent des tampax avec applicateurs plastique, faites votre réserve avant de partir, ici je n’en ai pas encore trouvé… et je ne suis pas la seule.

5 – Quelques prix : un kinder surprise (0,99 DM) ; 6 paquets de mouchoirs (O,99 DM également); 6 antibiotiques banals (150 F minimum la boîte !), heureusement que notre assurance est très efficace et qu’elle rembourse complètement et rapidement.

6 – Le lycée vous donne le droit de faire un « practium », autrement dit un stage. C’est très amusant et très instructif.

7 – Si vous êtes courageux vous pouvez, après 4 ou 5 mois, aller à l’université en tant que Gasthörn (visiteur). Ca coûte un peu d’argent mais moi je pense que ca vaut vraiment le coup. Et avec la CEE, les problèmes administratifs (inscription etc…) sont très faciles à régler.

8 – C’est beau les amis. Pendant l’année vous pourrez compter sur eux : en 6 mois j’ai reçu 270 lettres de parents et amis et 70 lettres de mon copain.

Et sinon je dirais…
Une fois que l’on se trouve à l’étranger, notre pays maternel nous manque. Quand on a des problèmes ça n’est pas si facile que ça de se dire que tout ira mieux demain. Pendant les 2, 3 premiers mois, on a de gros coups de cafard. Et avec le cafard vient le stress, et avec le stress viennent les kilos. Moi, au début j’ai pris 4 à 5 kilos. Mais en une semaine j’ai réussi à en perdre 5 ! Quand on a des problèmes ça n’est pas si facile que ça de se dire que tout ira mieux demain. Or, des problèmes on en a. Car il faut bien se dire qu’à l’étranger il y en a autant qu’en France et que là-bas, il leur arrive d’être amplifiés par la langue. Au début j’ai eu beaucoup de malentendus avec ma famille et je cherchais toujours à les écarter. Jusqu’au jour ou ma famille ne m’a plus parlé. Toll !!! Pendant plusieurs semaines il n’y avait plus aucun contact entre nous et je n’en connaissais pas la vraie cause. Puis un jour j’ai craqué et j’ai appelé ma déléguée, et, alors elle m’a conseillé de parler avec eux. Je l’ai fait. Ca a duré 3 heures et ça s’est terminé en crise de larmes et en embrassades. Maintenant tout va bien. J’ai attendu cinq mois avant de me décider à parler. Je crois que c’est une grosse erreur. Il faut toujours éclaircir les choses sur le moment.

NATACHA – HAMBOURG. ALLEMAGNE